ΒΕΛΗ ΚΑΙ... ΒΕΛΑΚΙΑ

>>> Δεν ξέρω, αλλά μου φαίνεται >>> ότι και στο Συμβούλιο της Επικρατείας >>> υπάρχουν πολλοί "παναθηναϊκάκηδες"....
__________________________________________________________________________________________________

CUISINE

Les tables de l'été 2014 à Paris

 

La plus percutante: CLOWN BAR

Come a Casa.La plupart du temps, les tables dites de mémoire ont l'assiette patraque. Comme si la cuisine paniquait des vieux murs, courbait sous la légende. En reprenant le Clown Bar, longtemps cantine officieuse du Cirque d'Hiver, l'équipe du Saturne (IIe) fonce, bille en tête, dans le rétro de ce décor début de siècle en klaxonnant des tapas de haute percussion.
La bonne table: en terrasse.
La bonne heure: dimanche midi et soir.
À ne pas laisser filer: chair de tourteau, gaspacho de tomates siciliennes et cerises.
Clown Bar. 114, rue Amelot, XIe. Tél.: 01 43 55 87 35. Carte: entre 25 et 45 € selon l'humeur et l'appétit.
L'alternative. La Dégustation, bar à champagnes et nourritures signées Westermann (93, rue Lepic, XVIIIe).

La plus primavera: COME A CASA

Nest.Parmi les nouveaux et (trop) nombreux italiens que la capitale digère semaine après semaine, autant retenir celui-là, taillé pour la saison, gentiment fagoté entre brocante et insouciance, habile surtout à disposer la cuisine saine, primesautière, énergique, d'une jeune mamma Roma.
La bonne table: en terrasse.
La bonne heure: le déjeuner en semaine.
À ne pas laisser filer: le gratin d'aubergines.
Come a Casa. 7, rue Pache, XIe. Tél.: 01 77 15 08 19. Carte: env. 30 €.
L'alternative. Tout aussi facile à vivre mais en version pizzeria, la Pizza dei Cioppi, (44, rue Trousseau, XIe).

La plus street food: NEST

Oka.Quitte à choisir parmi toutes les adresses sorties du bitume durant cette année prodigue à nous mettre sur le trottoir et à nous faire becter avec les doigts, autant choisir l'un des petits derniers de la cuisine dite de rue. Celui-ci, sous influence vietnamienne, est plutôt dégourdi à bricoler du tapas sauce nuoc mam.
La bonne table: où vous pourrez!
La bonne heure: vite fait, entre midi et 16 heures.
À ne pas laisser filer: le fameux Banh Mi, sandwich baguette, porc, légumes.
Nest. 9, rue Villedo, Ier. Tél.: 01 40 20 45 20. Formules: à 12,50 et 16,50 €.
L'alternative. Même décontraction mais dans un registre néo-Paname, le Comptoir Urbain (12, rue de Paradis, Xe).

La plus néo-Brasil: OKA

Les Déserteurs.Dans cette espace dé à coudre qui servit d'incubateur à quelques talents de la jeune scène parisienne (dont le Spring de Daniel Rose), un frais talent brésilien assure son «one-man-chaud devant» en signant, au gré du jour et de l'humeur, une cuisine d'auteur, gracile, élégante, modulant nouvelle vague et influence latino-américaine.
La bonne table: tout simplement, l'un des 16 couverts.
La bonne heure: au dîner, en fin de semaine.
À ne pas laisser filer: le menu à l'aveugle.
Oka. 28, rue de la Tour-d'Auvergne, IXe. Tél.: 01 45 23 99 13. Menus: à 20 € (déj.) et 30 € (dîn.).
L'alternative. Même langue, autre pays: les tapas lusitaniens du Tasca (37, rue du Roi-de-Sicile, IVe).

 La plus  menu unique: LES DÉSERTEURS

Les Niçois.Dernier avatar du nouvel appétit parisien, reprenant, avec un certain brio, tout ce qui fait courir la foodocratie: quartier bourgeois, mais pas trop, salle en humeur bistrot, patrons formés chez les cadors, et le sacro-saint menu unique réglant, en quelques plats séquences, une cuisine sobre, dépouillée, nature.
La bonne table: côté banquette, près de la fenêtre.
La bonne heure: vendredi soir, entre amis.
À ne pas laisser filer: le menu a la bougeotte mais sort parfois l'anguille sauvage de la Loire, teriyaki et shiso pourpre.
Les Déserteurs. 46, rue Trousseau, XIe. Tél.: 01 48 06 95 85. Menus: à 28 € (déj.), 45 et 60 € (dîn.).
L'alternative. Dans les parages, La Gazzetta (29, rue de Cotte, XIIe).

La plus cigale: LES NIÇOIS

Non Solo Pizze.Au bout du bout d'un XIe qui sait aussi se perdre, cette façon d'auberge urbaine est en passe de se faire un public en même temps qu'une atmosphère en réinvitant au banquet de Paname les classiques de la cuisine nissarde.
La bonne table: la table d'hôte (avant la pétanque en sous-sol).
La bonne heure: le samedi au déjeuner.
À ne pas laisser filer: pan-bagnat le midi, socca et pissaladière le soir.
Les Niçois. 7, rue Lacharrière, XIe. Tél.: 09 84 16 55 03. Carte: env. 25-35 €.
L'alternative. Les tapas méditerranéens de La Maison (7, rue Marie-Stuart, IIe). Tél.: 01 42 21 00 79.

La plus pizzaiolesque: NON SOLO PIZZE

Mandoobar.Après avoir conquis l'Ouest parisien, ceux du Non Solo Cucina se dédoublent avec cette annexe enjouée, colorée, volubile, lâchant, sur une moitié de la carte, des pizzas de belle facture tout en restant fidèles, sur l'autre moitié, à une friande veine sicilienne.
La bonne table: la 15.
La bonne heure: tard le soir.
À ne pas laisser filer: sardines gratinées et pizza funghetto.
Non Solo Pizze. 5, rue Mesnil, XVIe. Tél.: 01 47 04 69 03. Menus: 26 et 30 € (déj.). Carte: env. 40-50 €.
L'alternative. Les versions décalées du Hot Stuff (47, bd de Port-Royal, XIIIe).

La plus vite fait, bien fait: MANDOO BAR

La Fine Mousse.Mignonne échoppe en monomanie «mandou», comprenez un bar à raviolis coréens dans lequel un jeune chef s'affaire, avec doigté, à façonner ces cousins du gyoza nippon et du dim-sum cantonais. D'un exotisme addictif!
La bonne table: perché au comptoir.
La bonne heure: midi pétante!
A ne pas laisser filer: en prime des mandoos, le tartare de bœuf au sésame.
Mandoobar. 7, rue d'Édimbourg, VIIIe. Tél.: 01 55 06 08 53. Carte: env. 15€.
L'alternative. Les petites pépites nippones du Peco Peco (47, rue Pigalle, IXe).

La plus «bièrophile»: LA FINE MOUSSE

Servan.Ni pub potache, ni taverne coincée du col, un panache d'estaminet qui, pour une fois, parvient à (ré)-concilier le petit monde de la bière (superbe sélection) et de la gastronomie autour d'alliances sincèrement pétillantes.
La bonne table: la table d'hôte.
La bonne heure: au dîner.
A ne pas laisser filer: patate douce, citron vert, chocolat allongé d'un verre de Milk Stout.
La Fine Mousse. 4 bis, av. Jean Aicard, XIe. Tél.: 09 80 45 94 64. Carte: env. 30 €, côté salle à tapas. Le double, dans la salle à dégustation.
L'alternative. Côté vin, Brut, la cave-dégustation d'Akrame Benallal (22, rue Lauriston, XVIe).

La plus charmeuse: SERVAN

Shabu Sha.Petite fleur de bistrote poussée sur les ruines d'un méchant rade, où deux sœurettes se démènent à sortir une cuisine de sex-appeal, balançant, au jour le jour, le pétard malicieux de compositions parisiano-exotiques.
La bonne table: la 3.
La bonne heure: dîner du mardi soir ou déjeuner du mercredi.
À ne pas laisser filer: rien de figé à la carte mais souvent présent, un lieu jaune pané, harissa, pommes Pont-Neuf.
Le Servan. 32, rue Saint-Maur, XIe. Tél.: 01 55 28 51 82. Menus: à 16 et 23 €. Carte: env. 40 €.
L'alternative. L'Atelier Ramey (23, rue Ramey, XVIIIe).

La plus ludique: SHABU SHA

Balls.Dans le vif du Marais, une pop cantine japonaise, sonore et montée sur ressort, qui révèle un chapitre inédit de l'appétit nippon. Soit le shabu-shabu, fondue digeste, entêtante, très portée sur le bouillon, où le mangeur assure lui-même sa petite tambouille en piochant légumes, poissons et viandes véhiculés par le petit train de la table centrale.
La bonne table: toutes.
La bonne heure: samedi midi, en famille.
À ne pas laisser filer: bouillon algues et tofu, sauce sésame.
Shabu Sha. 72, rue des Gravilliers, IIIe. Tél.: 01 42 77 06 69. Carte: env. 20 €.
L'alternative. Les grosses galettes nippones au comptoir d'Okomusu (11, rue Charlot, IIIe).

La plus fatalement bobo: BALLS

Dessance.Derrière cette petite façon de cocher les cases de la coolitude (décor, public, concept), ce repaire avait tout pour agacer. L'énergie qui le commande finit pourtant par l'emporter et voilà comment, dans une salle post-haussmannienne, les bonnes têtes du Paris qui sort se plaisent à gober une cuisine tout en boulettes, rondement menée.
La bonne table: au bar.
La bonne heure: en milieu de semaine, en after.
À ne pas laisser filer: boulette agneau coriandre, sauce tomate.
Balls, 47, rue Saint-Maur, XIe. Tél.: 09 51 38 74 89.Carte: env. 20-35 €.
L'alternative. Dans le genre monomaniaque, les croques de la Maison du Croque-Monsieur (37, bd du Montparnasse, VIe).

La plus sucrée: DESSANCE

Le Dix Huit.Autoproclamée «restaurant à dessert» et pour autant ni maison de gâteaux ni salon de thé, une proposition singulière où l'ancien pâtissier du Véfour ose une monomanie du sucré, en construisant tout un repas (entrée, plat et fatalement dessert) sur l'idée de la douceur. Déroutant, attachant, convaincant!
La bonne table: au comptoir, face cuisine.
La bonne heure: tout début de soirée.
À ne pas laisser filer: l'omelette norvégienne fumée au foin et flambée whisky.
Dessance. 74, rue des Archives, IIIe. Tél.: 01 42 77 23 62. Carte: env. 25-40 €.
L'alternative. Dans le genre sur-créatif, en plus cérébral, David Toutain (29, rue Surcouf, VIIe).

La plus néo-bourgeoise: LE DIX HUIT

Le Bon Georges.Vertueux bistrot où un jeune costaud (ex-Apicius, Ze Kitchen Galerie…) verse un peu de ses racines philippines pour exciter les classiques néo-bourgeois. Avouons-la l'idée d'une cuisine eurasienne.
La bonne table: la banquette.
La bonne heure: au déjeuner pour le menu à 19 €.
À ne pas laisser filer: langoustines rôties, asperges blanches et os à moelle.
Le Dix Huit. 18, rue Bayen, XVIIe. Tél.: 01 53 81 79 77. Menu: à 24 €. Carte: env. 35-50 €.
L'alternative. Le Tourbillon (116, rue des Dames, XVIIe).

La plus carnassière: LE BON GEORGES

Haï Kaï.Du côté de ce IXe des théâtres, un vrai charme de bistrot qui, sans surjouer la gouaille et le rétro mais avec tout ce qu'il faut de nostalgie pétillante, assure un frais répertoire classique, bien campé dans le canaille, le plat de confort et le régime viandard.
La bonne table: au velours de la banquette.
La bonne heure: en avant-spectacle.
À ne pas laisser filer: le tartare de bœuf (de chez Polmard).
Le Bon Georges. 45, rue Saint-Georges, IXe. Tél.: 01 48 78 40 30. Formule: à 19 € (déj). Carte: env. 40 €.
L'alternative. Le régime viandard façon pampa à l'Argentine Recoleta (119, avenue de Villiers, XVIIe).

La plus gastro-cool: HAÏ KAÏ

Will.Passé l'enseigne en intrigue de slogan, la devanture en débraille étudiée et la salle ludico-scandinave comme en bégaye régulièrement ce secteur bobo, la belle surprise d'une cuisine nettement moins attendue, pleine de jus et de jugeote.
La bonne table: la banquette, côté alcôve.
La bonne heure: brunch le week-end.
À ne pas laisser filer: ris de veau cacao-tonka.
Haï Kaï. 104, quai de Jemmapes, Xe. Tél.: 06 16 61 66 44. Carte: env. 40 €.
L'alternative. Dans la veine néo-nippone, AT Restaurant (4, rue Cardinal-Lemoine, Ve).

La plus bistronomique: WILL

Coretta.Will pour William Pradeleix, trentenaire de la casserole, longtemps dans la discrétion des brigades de conséquence et soudain, chez lui, dans l'audace d'une première maison, pêchue, tonique, habile à composer entre matièr es d'ici et manières d'Asie (l'inverse aussi).
La bonne table: banquette de droite.
La bonne heure: dîner en fin de semaine.
À ne pas laisser filer: s'il repasse au menu, le carpaccio de maigre, citronnelle et vinaigrette gingembre.
Will, 75, rue Crozatier, XIIe. Tél.: 01 53 17 02 44. Menu: à 45 € (dîn.). Carte: env. 40-50 €.
L'alternative. L'Envie du Jour (106, rue Nollet, XVIIe).

La plus bon chic, nouveau genre: CORETTA

Coretta.Lorsque la capitale claque la Porte de Clichy, la séduisante intrigue d'une table conçue sur le double niveau d'un bébé building de verre. Au rez-de-chaussée, vue sur la cuisine. A l'étage, vue sur la promesse d'un parc. Au creux de l'assiette, vue sur le talent d'une fraîche équipe qui s'emploie, l'instant d'une carte concise, à des recettes futées, lisibles, mélange de style et de bon sens.
La bonne table: la 44 à l'étage.
La bonne heure: dimanche midi.
À ne pas laisser filer: les entrées cinglantes du style veau et anguille fumée, bouillon au raifort.
Coretta, 151 bis, rue Cardinet, XVIIe. Tél.: 01 42 26 55 55. Menus: à 14 € (déj), 33 et 39 €.
L'alternative. Même si plus convenu côté cuisine, le V de l'Hôtel Vernet (25, rue Vernet, VIIIe).


 En construction permanante.....



Restaurants par arrondissement
Paris 1       Paris 2       Paris 3
Paris 4       Paris 5       Paris 6
Paris 7       Paris 8       Paris 9
Paris 10     Paris 11     Paris 12
Paris 13     Paris 14     Paris 15
Paris 16     Paris 17     Paris 18
Paris 19     Paris 20

Paris DEPT 77       Paris DEPT 78      
Paris DEPT 91       Paris DEPT 92      
Paris DEPT 93       Paris DEPT 94      
Paris DEPT 95
Restaurants par cuisine
Restaurant japonais      Restaurant italien      Restaurant francais     
Restaurant indien          Restaurant chinois
Restaurants par quartier
Restaurants St-Germain-des-prés, Odéon, Luxembourg
Restaurants Louvre, Palais-Royal, Tuileries
Restaurants Bastille, Charonne
Restaurants Le-Marais, St-Paul
Restaurants Montmartre, Pigalle

La folie veggie à Paris

Greenpizz


Le lieu. Dans la très commerçante et très piétonne rue Cadet, une petite pizzeria agrémentée de quelques tables dehors qui ne se pousse pas du col. Intérieur réchauffé de chaises et suspensions rouges, corner avec tabourets hauts et cuisine en direct. Bien vu, la vente à emporter.
L'assiette. Des pizzas très «quali» dont la pâte 100 % bio est à base de farine complète au son et à l'épeautre et les ingrédients bienveillants (trois sauces bio maison, jambon de chez Ospital, légumes percutants de fraîcheur). Pour du pur veggie, optez pour la Tutti legumi (13,50 €): oignons nouveaux, poivrons, aubergines et courgettes grillées, estragon et roquette, sachant qu'il y a plein d'autres propositions très légumières aussi.
Dans le vert. La jeune équipe enthousiaste, les petits prix, la cohérence du concept.
Dans le rouge. Peut-être plus une adresse du midi que du soir.
Greenpizz, 8, rue Cadet, IXe. Tél.: 01 48 00 03 29. Tlj sf dim. et lun. Formules: à 13,90 et 19,90 €.Carte: env. 20 €.

Soya

Le lieu. Un grand loft à l'américaine avec verrière d'atelier, déco industrielle, hauts plafonds et tables d'hôtes en bois conviviales. Une vraie cantine de bobos, idéalement située derrière le canal Saint-Martin, à fréquenter pour le brunch du week-end, mais aussi le midi en semaine.
L'assiette. 95 % de la carte est bio, végétarienne et souvent sans gluten, avec des recettes «fusion» originales et savoureuses à faire pâlir d'envie leurs homologues carnivores (soy couscous, moussaka, mezze, lasagnes, caviar d'algues). Ne passez pas à côté du crumble aux fruits de saison en dessert, servi tiède et moelleux.
Dans le vert. Le brunch super complet à volonté (24 €), les jus de fruits pressés, la fraîcheur des produits, l'ambiance décontractée.
Dans le rouge. Certains plats moins réussis, le service un peu trop à la cool.
Soya, 20, rue de la Pierre-Levée, XIe. Tél.: 01 48 06 33 02. Ouvert tlj sauf dim. soir. Brunch le week-end. Formules: 13 et 19 € (déj.).Carte: env. 20 -30 €.

Guenmaï

Le lieu. Petite enclave planquée dans un croisement en retrait du quartier Buci et bénéficiant d'une paix royale. Le boulevard Saint-Germain fuse en parallèle et pourtant ici, c'est d'un calme olympien, dans l'arrière-boutique de cette boutique macrobio. Aux beaux jours, une petite terrasse bancale et ses quatre tables s'ouvrent au côte-à-côte et ce plein sud. Clientèle féminine, le nez dans l'assiette. Service vertueux.
L'assiette. Elle ne paie pas de mine et se refuse à toute esthétique. Elle est juste concentrée sur les bienfaits de la terre déposés en sages tumulus. Selon les idées du jour, cela danse en chou mariné, boulgour, lentilles, riz, purée de carottes et tofu. Logiquement, l'appétit est joliment et sainement rassasié. S'offrir impérativement, comme le font quelques têtes connues, un jus de carotte-gingembre…
Dans le vert. La fibre saine, la petite terrasse au soleil.
Dans le rouge. On ne vient pas ici se taper la cloche.
Guenmaï, 6, rue Cardinale, VIe.  Tél.: 01 43 26 03 24.  Tlj sf dim. au déj. Carte: env. 15 €.

Supernature

Le lieu. Malgré un récent changement de propriétaire (fin 2011), la «cantine nature» installée depuis 2007 derrière les Grands Boulevards, n'a pas changé d'une pousse. Un cadre simple fait de tables en bois, murs blancs décorés de tableaux fruitiers et légumiers, lampes boules en verre soufflé et ardoises murales.
L'assiette. Ici aussi, les nouveaux patrons restent dans la continuité, avec une cuisine bio savoureuse. Après une agréable entrée (salade tomate-avocat-coriandre), les végétariens feront l'impasse sur l'excellent cheeseburger maison, mais se consoleront avec la généreuse assiette vitalité (galette de céréales, légumes croquants, graines germées et chèvre aux figues) ou, pour les plus gourmands, avec le camembert pané et sa salade. En dessert, ne passez pas à côté du carrot cake ou de la mousse au chocolat-pamplemousse.
Dans le vert. Le comptoir de vente à emporter un peu plus loin (salades, tartes, sandwichs), le service féminin et gentil, les portions copieuses et bon marché.
Dans le rouge. Les décibels et le coude-à-coude lors du coup de feu.
Supernature, 12, rue de Trévise, IXe.  Tél.: 01 47 70 21 03.  Tlj sf sam. Brunch le dim. Formules: 15 et 18,80 €.Carte: env. 13-19 €.

Au Coin Bio

Le lieu. Dans le très bobo marché des Enfants-Rouges, un marchand de fruits et légumes bio qui s'est dédoublé en un étal traiteur aux odeurs aguichantes. Les préparations se dégustent sur la vingtaine de tables voisines, en plein air, sous une guirlande lumineuse façon guinguette.
L'assiette. Une cuisine fraîche faite de produits bio, simple mais très goûteuse, notamment grâce aux épices méditerranéennes finement utilisées. Le légume est servi en soupe, salade, plancha, gratin, quiche et dans de savoureuses galettes (à base de pommes de terre, pois chiches ou céréales). Le menu végétarien (galette, soupe, salades) est généreux et bon marché (10 €)!
Dans le vert. L'ambiance du marché, les petits prix.
Dans le rouge. Le service sur un plateau façon self-service, pas très glamour.
Au Coin Bio , 39, rue de Bretagne, IIIe.  Tél.: 01 42 78 43 15.  Tlj sf lun. de 10 h à 19 h  (dim. de 10 h à 15 h). Formules: 10 et 13 €.Carte:env. 10-15 €.

Au Grain de Folie

Le lieu. La devanture donne le ton. Découvrir cette petite adresse à la déco improbable, nichée dans une ruelle juste au-dessus des Abbesses, c'est entrer dans une cuisine de campagne, avec ses plantes et son capharnaüm. Et c'est justement sur la cuisinière, affairée à bichonner ses légumes, que donnent les quelques tables.
L'assiette. La cuisine bio et végétarienne de Marie-Cécile se décline en assiettes et salades à choisir au gré des envies: crudités, céréales (riz, polenta…), légumineuses (lentilles, haricots rouges…) et, au choix, une tarte, un chèvre chaud ou une poêlée de seitan. Comme à la maison, mais en mieux.
Dans le vert. L'esprit roots et fait maison.
Dans le rouge. L'attente pour les plats, le cadre pas très soigné.
Au Grain de Folie , 24, rue de la Vieuville, XVIIIe. Tél.: 01 42 58 15 57.  Tlj sf dim. soir, lun.  et mar. midi. Formule: à 13 €.Carte: env. 15-20 €.

Saravanaa Bhavan

Le lieu. À deux pas de la gare du Nord et de «Little India», une table d'Inde du Sud issue d'une chaîne présente dans 13 pays (Inde, Singapour, Grande-Bretagne…), arrivée à Paris il y a deux ans. Une grande salle à la sobre déco verte et blanche, qui rappelle vaguement l'époque coloniale, où l'on retrouve beaucoup d'Indiens.
L'assiette. Une carte 100 % végétarienne, avec un choix vertigineux de crêpes (dosas et uthappams) et beignets (poori, chappathi, parotta), servis accompagnés d'un festival de petites sauces plus épicées les unes que les autres. Pour ceux qui seraient effrayés par l'ampleur du menu, les Thali sont une solution judicieuse pour avoir un aperçu des saveurs de Madras. Ne ratez pas les «idly» (petites boules de riz et de lentilles), relevés à souhait.
Dans le vert. Les saveurs inattendues, le dépaysement.
Dans le rouge.Le cadre un poil triste, le service anonyme.
Saravanaa Bhavan, 170, rue du Faubourg- Saint-Denis, Xe. Tél.: 01 40 05 01 01.  Tlj de 11 h à 23 h. Carte: env. 15-20 €.

Nanashi

Le lieu. Une sorte de cantine hangar laissée un peu en friche (qui n'est pas sans rappeler le Rose Bakery du IXe, en plus grand) avec cuisine ouverte et comptoir de vente à emporter. Les plats sont sur ardoises murales, les fruits et légumes exposés en cagettes et les serveurs ressemblent à leurs clients comme deux gouttes de miso.
L'assiette. Kaori Endo a réussi un joli mix de cuisine franco-nippone avec soupe, chirashi de saumon, bento ou rouleau de printemps végétarien, mais aussi petites salades légères et délicieuses, comme celle au fenouil, pomélo, oignons rouges et avocat ce jour-là.
Dans le vert. Les sublimes desserts (cake matcha framboise, polenta poire, cheesecacke vanille ou thé vert), les jus de fruits et légumes minute, les prix relativement doux.
Dans le rouge. Le bruit de réfectoire perce-oreilles.
Nanashi, 31, rue de Paradis, Xe.  Tél.: 01 40 22 05 55. Tlj. Formule: bento à 13 €. Carte: env. 20 €.

Bob's Juice Bar

Le lieu. Cool attitude pour ce bar à jus ouvert au milieu des années 2000 par Marc Grossman, un Américain qui a largement contribué à introduire smoothies et nourritures healthy à Paris. L'endroit est minuscule, un peu foutraque avec son coin cuisine, ses quelques tables et sa vaisselle jetable, mais on ne vient pas ici «pour manger les rideaux»!
L'assiette. Outre les jus frais et les smoothies qui collent à l'enseigne, soupes ou salades du jour, sandwichs végétariens et cakes et muffins. C'est bon, sain et joyeux (service amical): une équation pas si fréquente que cela à Paname.
Dans le vert. La fraîcheur des préparations, la vente à emporter.
Dans le rouge. Super si on habite à côté, plus compliqué pour les autres.
Bob's Juice Bar, 15, rue Lucien-Sampaix, Xe. Tél.: 09 50 06 36 18.  Tlj sf sam. et dim. jusqu'à 15 h.  Autre adresse:  74, rue des Gravilliers, IIIe.  Tél.: 09 52 55 11 66.  Tlj de 8 h à 15 h  (sam. et dim. de 10 h à 16 h).Carte: env. 15 €.

Ante Prima

Le lieu. Pas si confidentiel que cela, quoique… Il s'agit d'une trattoria italienne, installée dans les locaux de la boîte de production de Luc Besson et très courue des cols blancs du quartier. Ce serait banal s'il n'y avait la terrasse accessible aux beaux jours, complètement protégée de la rue, avec pelouse et fontaine. Divin.
L'assiette. La formule est maligne, un buffet d'antipasti où les légumes grillés, les salades de tomate-mozza, artichauts et autres fenouils sont proposés à volonté, accompagnés d'un plat de pâtes ou d'un risotto et suivis d'un petit dessert (fromage blanc et pastèque, ce jour-là).
Dans le vert. La terrasse très «garden party à petits prix», le service sympathique et vif. La possibilité de privatisation pour des soirées.
Dans le rouge. Le rush au déjeuner et l'absence de réservation. Préférez les créneaux 12 h et 13 h 30 pour booster vos chances.
Ante Prima, 137, rue du Faubourg- Saint-Honoré, VIIIe.  Tél.: 01 45 63 43 43.  Tlj sf sam. et dim. de 12 h à 15 h.  Pas de réservation. Formule: à 25 € (buffet à volonté avec dessert et quart de vin compris).Carte: env. 25-30 €.

Et aussi

Mamie Green. Une nouvelle dînette bio dans un cadre «plus récup je meurs», tenue par deux jeunes pousses proposant une courte carte avec tartes du jour, feuilletés de légumes et bons petits desserts (cheesecake top).
Mamie Green, 25, rue de la Forge-Royale, XIe. Tél.: 01 43 72 36 68. Tlj sf lun.Brunch le week-end à 17 €.